Sortie lichen du 18 novembre 2012 à Sées

Le 18 novembre 2012.

Une bonne vingtaine de lichenologues en herbe s’était donnée rendez-vous au pied de la cathédrale de Sées pour découvrir les lichens avec David Vaudoré en ce dimanche 18 novembre après-midi.
Sortie lichens ses 18nov2012 2 Sortie lichens ses 18nov2012 3 Sortie lichens ses 18nov2012 4 Sortie lichens ses 18nov2012

 

Sujet ardu puisqu’il n'existe pas moins d’un millier d’espèces en France, que les critères visuels (même avec un microscope) ne suffisent pas toujours à leur reconnaissance et qu’il faut parfois sortir de sa poche des petites fioles de réactifs, (chlore ou potasse), pour faire rougir certains lichens…

Nous avons commencé au pied de la cathédrale avec des lichens qui aiment bien l’azote et supportent bien la pollution des voitures et des pigeons : Diploicia canescens en premier, dont la présence indique une forte dégradation de la qualité atmosphérique, associé à Caloplaca sp.

Caloplaca cerinea Diploica canescens

                         Caloplaca sp.

Diploicia canescens

 

Rappelons qu’un lichen est le résultat d’une association entre un champignon qui donne la forme du lichen et une algue microscopique. Ils vivent en symbiose, le champignon ayant un rôle de fixation sur le substrat grâce aux rhizines et un rôle de protection, l’algue réalisant la photosynthèse grâce aux pigments.

Notre attention a ensuite été retenue par un lichen ressemblant à un chewing-gum écrasé et résistant comme lui au piétinement. Il s’agit de Lecanora muralis qui parsème également les trottoirs.
Lecanora muralis
Arrivés au Cours des Fontaines, une autre expérience nous attend : goûter à un lichen poussant sur le tronc d’un tilleul, en passant le doigt dessus et en le léchant. Le goût amer apparaît rapidement, révélant Pertusaria albescens, lichen autrefois utilisé en France et en Allemagne contre les fièvres intermittentes.
Trois tilleuls plus loin, en regardant de très près le tronc d’un arbre, nous découvrons un autre lichen, étrange lui aussi, mais par son aspect de hiéroglyphe, Graphis scripta.
C’est dans le pré humide, reliquat d’un ancien marécage, que nous avons découvert des lichens fruticuleux avec des thalles bien développés. Leur présence est signe de bonne qualité de l’air, bien que nous soyons à 50 m de la route départementale …
Nous avons identifié sur des pruniers vieillissants Ramalina fastigiata, Ramalina fraxinea, Ramalina farinacea, Evernia prunastri, Pseudevernia furfuracea, encore appelé « mousse du chêne ». Ces deux derniers sont encore récoltés pour la fabrication de parfums de la famille « chypre ou fougère ».
Ramalina fastigiata Ramalina fraxinea Ramalina farinacea Evernia  runastri Pseudevernia furfuracea

Ramalina fastigiata

Ramalina fraxinea

Ramalina farinacea

Evernia prunastri

Pseudevernia furfuracea

Cette liste n’est pas exhaustive car nous avons au total identifié une bonne vingtaine d’espèces ce qui est suffisant pour notre mémoire, mais également pour nous donner envie de découvrir un peu plus ce pan de la botanique.