Paysage en péril

Le 9 mars 2016.

Platanes à Argentan
Les platanes d'Argentan. Cliché : E.B.

Dans notre département, nos paysages sont bien différents d'un point à l'autre. Mais, souvent, les entrées de ville sont devenues banales : longues enfilades de zones dites artisanales ou commerciales, semblables d'une région à une autre, d'une ville à l'autre. Certaines se distinguent de cette uniformité par des particularités heureuses. Il en est ainsi de l'entrée sud de la ville d'Argentan qui se distingue de bon nombre d'autres cités ornaises par un remarquable alignement de platanes. Mais les arbres laissent tomber... leurs feuilles à l'automne et çà "C'est pas propre !". Il suffit donc d'abattre les arbres et ce sera alors tout propre. Mais la résistance s'organise...






Nous laissons le clavier aux défenseurs de ces platanes pour expliquer leur démarche.

58 platanes à abattre, route de Sées, à Argentan

228 platanes vivent actuellement  le long de la RD 958 , 117 dans l'agglomération et 111 à la sortie de la ville. Beaucoup de personnes reconnaissent l'entrée de la ville grâce à eux.
 
Mais... en juillet 2015, lors d'une réunion à la salle Alexandrine, située à Mauvaisville, Monsieur le Maire d'Argentan a rencontré des habitants du quartier pour les informer de l'abattage.  « On en garde un certain nombre qui ne gêne pas la population et on supprime ceux qui gênent vraiment et ceux qui sont dangereux parce qu'ils sont vieillissants » précise le maire.
Depuis très longtemps, les habitants proches des platanes demandent la destruction de ces grands arbres et interpellent le maire. Le projet d'abattage, datant de 3 ans, d'une partie des platanes fut donc décidé, très favorablement accueilli par le département qui voulait abattre les 111 platanes. Ces arbres situés sur la départementale sont à la charge du département qui dépense 10 000 euros d'inspection tous les 7 ans pour des  arbres actuellement à 80% de leur maturité.... avec désormais les risques mesurés de dangerosité de chutes de branches plus fréquentes dûes aux tempêtes....  avec risque d'accidents engageant sa responsabilité.( informations recueillies auprès d'un responsable départemental).

Seront abattus :
  •  ceux diagnostiqués creux par l'Office National des Forêts en 1997,
  •  ceux gênant la visibilité aux intersections,
  •  ceux « choqués » par des véhicules,
  •  ceux situés près des habitations ou d'un projet de construction,
  •  ceux présentant des plaies sur des charpentières avec début de sénescence ou avec des champignons.
Soit un total de 58 platanes aux dernières informations.

En hiver
En hiver. Cliché : Edith Bertin.

Cette décision nous a fait très mal. Nous étions absents d'Argentan lors de la réunion. Nous en avons parlé avec les voisins qui se sentaient tout aussi mal ne comprenant pas ce projet. Des branches sont effectivement tombées mais les platanes sont-ils régulièrement entretenus quand on voit le lierre et les repousses non taillées.... et sont-ils si dangereux ?

L'idée de la pétition a germé. Étant citoyenne, chacun a pu se l'approprier et pour certains, … amoureux des platanes et conscients du rôle joué par les arbres, la faire signer dans notre rue de Mauvaisville, en ville et ailleurs.444 personnes ont signé et donné leur avis, qui ont été notés et retransmis au maire.  

Platanes en automne
Platanes en automne. Cliché E.B.

Le 5 janvier 2016, 4 personnes ont rencontré le maire pendant 1 heure pour lui remettre la pétition et les témoignages. Il nous a dit qu'il regrettait cet abattage mais qu'il ne pouvait pas ignorer les demandes des habitants inquiets des risques d'accidents en cas de chute de grosses branches et que sa responsabilité était engagée. Nous avons défendu le droit à la vie d'un maximum de platanes et avons obtenu l'engagement du maire, pendant le reste de son mandat, de protéger les platanes restants bien que le département soit décideur. Il s'est aussi engagé à replanter en fonction de la demande des habitants du quartier. Il faut dire aussi qu'un rond-point remplacera les feux et qu'il y a un projet de réaménagement sur cette route .

A la suite de cet entretien , nous avons informé la population par voie de presse.

Pendant que la pétition circulait , nos enfants et petits-enfants à qui nous avions appris l'avenir des platanes ont trouvé cela injuste et ont participé à leur manière... photos et poèmes dans la presse.

Le 22 janvier 2016, le Sénat a adopté un amendement écologiste au projet de loi sur la biodiversité. Nous avons donc envoyé une lettre avec des extraits du texte au maire. Un agriculteur a écrit une lettre admirable au maire témoignant en faveur des platanes. Le texte de pétition circule toujours.
         
Cette démarche nous a permis de communiquer avec au moins 444 personnes qui ont « repris conscience » du rôle des arbres, pour beaucoup, et , qui regardent  maintenant les platanes différemment. Cela a aussi montré que les citoyens pouvaient donner leur avis bien que le projet ait été élaboré sans consultation, alors qu'il s'agit du patrimoine de tous .

Les défenseurs des platanes argentanais.

 Clichés : Edith Bertin.