Pie bavarde

pie-bavarde

CLASSE : Oiseaux
ORDRE : Passériformes
FAMILLE : Corvidées
NOM LATIN : Pica pica
DESCRIPTION : Corps allongé, ailes courtes et arrondies, longue queue tenue relevée ou balancée nerveusement.(l'oiseau mesure 42 à 50cm, dont 20 à 26 sont pour la queue). Les épaules, le ventre, les flancs sont blancs ainsi que les lisérés des ailes. Tout le reste est noir mordoré de vert, de bleu ou de pourpre.
HABITAT : Étendue cultivée, bosquets, proximité de l'homme.
ACTIVITÉ : Diurne et sédentaire, la pie se nourrit essentiellement à terre. Elle se déplace par bonds, sa queue jouant le rôle de balancier.
REPRODUCTION : Une seule ponte de mi-avril à juillet, comportant 6 à 7 œufs verdâtres, tachetés de brun. Incubation : 20 jours environ. Le jeune quitte le nid âgé de 24 jours, mais reste aux alentours pendant encore 10 jours.
 

Y'a une pie dans le poirier...

Personne n'ignore la pie. Elle est présente partout en France et y est sédentaire. Mais il ne lui faut ni forêts profondes, ni cultures-déserts aseptisés. Elle adore la campagne traditionnelle et bocagère. Petits bois, vergers, jardins de ferme, haies, grands arbres, sont des paradis pour elle. Citadine également, elle ne dédaigne pas les banlieues vertes et les grandes avenues bordées d'arbres de nos villes.

Son menu quotidien est composé d'insectes, limaces, escargots, vers, ainsi que de plus gros animaux comme les musaraignes, campagnols ou mulots, sans oublier les petits passereaux malades ou affaiblis. Les fruits (poires, prunes, cerises, glands, faines…) et les graines composent 40% de sa nourriture. L'hiver, elle les extrait du crottin et du fumier.

Son vol est lourd et laborieux, et ne la porte que sur de courtes distances. En octobre, les pies se regroupent pour passer la nuit dans un endroit solitaire. Ces rassemblements peuvent compter 200 individus. Elles gagnent ce dortoir par étapes, rendant toute filature difficile. Au matin, chacune repart dans son secteur d'activité.

Dès fin février, la pie prépare déjà la saison des nids. Le site est choisi avec soin : cime d'un peuplier très haut, branches inextricables d'un arbuste épineux. En fait, plusieurs chantiers sont commencés, mais un seul sera utilisé. Le nid est construit suivant une technique immuable. D'abord la charpente est élaborée avec de fortes branchettes étroitement enlacées. Puis l'intérieur est aménagé avec du terreau gâché, des crins et des racines. Le tout est couvert d'un toit formé d'un entrelacs assez lâche de branchages, des ouvertures étant aménagées sur le côté.

La femelle couve ses œufs 18 jours environ. Les petits naissent nus et fripés, avec une grosse tête. Les nourrir, comme pour beaucoup d'oiseaux, consiste en des allées et venues épuisants. Leur alimentation relève de la diététique : en un premier temps, le régime est carné uniquement, puis vient l'introduction des fruits et graines. Au cours de cette période, la pie pour nourrir ses petits, visite les nids d'autrui. Elle tue alors quantité de passereaux, provoquant parfois de gros dégâts. Cela n'a jamais perturbé l'équilibre naturel, mais on y a trouvé une bonne raison pour la classer parmi les nuisibles. (Au fait, dans quel ordre peut-on ranger chasseurs, remembreurs, promoteurs, etc… ?)

Et la pie voleuse, dans tout cela ? Ses larcins ont été exagérés, mais comme tous les corvidés, elle aime beaucoup ce qui brille et emporte volontiers dans son nid les petits objets qui l'attirent.