Bruyère cendrée

bruyere cendree

CLASSE : Dicotylédones
ORDRE : Ericales
FAMILLE : Ericacées
NOM LATIN : Erica cinerea
NOMS VERNACULAIRES :
Bruyère cendrée, bucane, bréjotte
SIGNES PARTICULIERS :
Tiges tortueuses ramifiées, feuilles verticillées par trois, glabres. Grappes de fleurs terminales en petits grelots rose violacé. c’est un arbrisseau de 30 à 60 cm, à rhizome émettant des bourgeons souterrains. se rencontre dans les landes, les chênaies claires, sur sols acides, siliceux.
FLORAISON :
Juin-août
 

Une fleur à usages multiples

Un peu de botanique ? La bruyère cendrée n’est pas la seule de nos régions. Il y a aussi la bruyère à 4 angles, la bruyère ciliée et … le piège pour non avertis, la callune. Celle-ci ressemble comme deux gouttes d’eau à la première, mais possède des feuilles en écailles très petites, disposées sur 4 rangs, et appliquées les unes sur les autres.

De tout temps, dans toutes les régions, bruyère ou callune furent utilisées de nombreuses manières.

En Bretagne (et ailleurs), elle jonchait les cours des fermes en guise de bitume. Elle était utilisée pour recouvrir le toit des granges. Elle servait de litière aux animaux. On en fabriquait des balais. Elle était pilée dans des maillories (auges de graint), et donnée en nourriture aux bêtes.

Cogolin dans le midi de la France, doit sa célébrité aux pipes façonnées dans ses racines.

Dans les magnaneries des Cévennes et de la Drôme, on faisiait monter les vers à soie sur ses rameaux. La chenille y tissait son cocon blanc, et cahque branche en portait alors une dizaine, ressemblant à des fleurs. En Ecosse, on brasse une bière à base de bruyère, en mélangeant deux volumes de jeunes pousses à un volume de malt. Après un massacre perpétué par Kenneth Mac Alpin, l’un des rois d’Ecosse, deux survivants préférèrent plutôt que de divulguer leur recette à base, cette fois de fleurs de cette plante.

Mellifère, son nectar est surtout utilisé pour les provisions d’hiver de la ruche. Le miel est collant et s’extrait difficilement des rayons. Son parfum prononcé est employé souvent pour la fabrication de pain d’épices et d’hydromel d’excellente qualité.

Et que dire de ses vertus thérapeutiques ? Célèbre pour combattre les différentes affectations rénales, elle était déjà considérée comme un puissant antiseptique des voies urinaires dès la Renaissance. Diurétique, antirhumatismale en tisane, les bains de ses fleurs calment les douleurs, et l’huile à la bruyère fait disparaître les rougeurs du visage.

Fleur des lieux ingrats, pourpre des landes et des forêts, la bruyère symbolise la solitude et le recueillement.

 

L’adieu

J’ai cueilli ce brin de bruyère
L’automne est morte s’en souviens-t’en
Nous ne nous verrons plus sur terre
Odeur du temps brin de bruyère
Et souviens toi que je t’attends

Appolinaire