Hellébore foetide

hellebore

CLASSE : -
ORDRE : -
FAMILLE : Renonculacées
NOM LATIN : Helleborus foetidus
NOMS VERNACULAIRES :
Ellebore fétide, pied de griffon, rose de serpent, patte d'ours, mords-cheval, herbe aux boeufs, pain de couleuvre, pisse chien. Pied de griffon (Pays d'Auge), pommelierre (Pays d'Auge, Pays d'Ouche), Ebore (Domfront)
SIGNES PARTICULIERS :
Odeur fétide; plante glabre, feuilles coriaces, présentant 7 à 11 segments étroitement lancéolés.; fleurs verdâtres retombantes, tépales verts, parfois bordés de rouge. La plante ne fleurit que 4 à 9 ans après la germination d'une graine, et elle meurt le plus souvent quand elle a fleuri. Diptères et abeilles assurent la fécondation, et ces dernières sortent même de la ruche par temps froid pour les butiner. Les fourmis transportent leurs graines et aident à la propagation de l'espèce.
FLORAISON :
Mars à avril
 

"Ma commère, il faut vous purger Avec quatre grains d'ellébore"

La Fontaine, le lièvre et la tortue

Plante mystérieuse de l'enfance, qu'est ce que cet Hellébore qui doit guérir la tortue de ses prétentions ?

Son histoire est depuis longtemps liée à celle de l'homme et de sa folie. Dans l'Antiquité, elle était regardée comme calmant efficace. Les Grecs attribuaient cette découverte au berger Mélampe. Il aurait traité à l'ellébore les filles de Priétus, qui s'imaginaient transformées en génisses par Héra.

Au Moyen-âge, à la Renaissance et au XVIIIème Siècle, la plante passait pour soulager la folie. " Elle a besoin de six grains d'ellébore, Monsieur son esprit est tourné " (Molière- Amphitryon). On employait ses feuilles en poudre ou en infusion. Elle était réputée comme vermifuge, contre les maux de dents, comme stimulant cardiaque. C'était un remède universel, dont on usait et abusait. C'est pourquoi, les apothicaires et médecins dont on voulaient se moquer losqu'ils se prétendaient les plus habiles, étaient appelés péjorativement " maître Aliboron ", du vieux français Aliboron, c'est à dire hellébore , directement emprunté au grec helleboros, plante employée contre la folie. Les ânes ne reçurent ce nom, dans la littérature que par la suite. Ces remèdes dangereux, la plante étant toxique, sont abandonnés aujourd'hui

Mais la folie n'est pas son seul combat. Elle contrecarre également la sorcellerie. Des petits morceaux de sa racine insérés dans l'oreille d'un animal malade doivent le protéger des mauvais esprits.

Si l'Hellébore fétide est parfois cultivé, l'Hellébore noire, ou Rose de Noël, sa proche parente orne nos jardins l'hiver en nous offrant ses fleurs pendant les grands froids.

 

"...Elle ne ressemble pas à la rose, pas même à la petite églantine émue et rougissante, sinon qu'elle a cinq pétales, comme tout le monde.

...Promises, inattendues, précieuses, prosternées mais bien vivantes, les éllébores hivernent. Tant que la neige les charge, elles restent fermées, ovoïdes, et sur l'extérieur de chaque pétale bombé une trace vaguement rosée, semble seule indiquer qu'elle respirent. Le robuste feuillage en étoile, la raideur des tiges, autant de caractères par lesquels toute la plante proclame sa persistance émouvante.

Cueillie, ses coquillages sensibles desserreront leurs joints à la tiédeur d'une chambre, délivrant la houppe des étamines jaunes, heureuses de vivre et de diverger....Et si je vous assure chez moi l'eau jusqu'à la gorge, la lumière jusqu'aux cils, vous pouvez dormir le reste de vôtre sommeil pudique, puis périr ainsi que l'a décidé la main humaine, alors que la chaude neige eût pu, ellébore, vous tenir encore en vie "

Colette "Pour un herbier"