Epicea commun

epicea

CLASSE : Coniferopsida
ORDRE : Pinales
FAMILLE : Pinacea
NOM LATIN : Picea abies
NOMS VERNACULAIRES :
Sapin de Norvège, sapin rouge, sapin à poix, pesse, pin pleureur
SIGNES PARTICULIERS :
Port conique, rameaux rougeâtres pendant en draperie, écorce rouge, aiguilles à 4 angles, cônes allongés et pendants. Il peut atteindre 50 m et vivre 300 ans en montagne. Le même pied porte chatons mâles (jaunes ou carminés), et chatons femelles(rouge ou verts). Ces derniers, situés à la cime de l'arbre et fécondés par le vent, sont prêts avant les mâles du même arbre et ne peuvent donc être fécondés que par le pollen d'un autre pied. Le pollen d'ailleurs peut former une véritable pluie de poussière jaune.
FLORAISON :
Mai/juin
 

Mon beau sapin…

C'est Noël, les sapins étincellent de guirlandes et de bougies. Cet arbre illuminé nous arrive d'Alsace, où la coutume le paraît de pommes rouges. Cette tradition, encouragée par la princesse Eugénie, se généralisa en France au cours du XIXème siècle. Alors vous avez orné votre foyer de cet arbre décoré ? Mais il y a de fortes chances pour que votre sapin soit un…épicéa ! Leurs silhouettes prêtant à confusion, ce dernier est souvent cultivé pour servir précisément de sapin de Noël.

Boréal et montagnard, l'épicéa est l'essence dominante des Alpes du Nord. Il forme de grandes forêts dans le Jura, et on le trouve également dans les Vosges.

Arbre peu exigeant, aux qualités d'utilisation remarquables, il fut planté un peu partout comme essence de reboisement et d'ornement. Son tronc droit et massif, son bois sans cœur et sans aubier apparent, sa structure régulière, son élasticité, sa résistance aux agressions chimiques et à la corrosion, tout cela le transforme en espèce idéale pour l'industrie et le commerce. Des exemples d'utilisation ? La liste est longue : poteaux télégraphiques, meubles, industrie du bâtiment (menuiserie, charpentes, bois de coffrage),décoration et aménagement d'intérieur, sans oublier les panneaux de particules, ni l'industrie du papier. De plus, il peut fournir un bois de résonance très apprécié des luthiers. Il entre ainsi dans la confection de guitares, violons, pianos et clavecins.

Après la déforestation massive du XIXème siècle pour nourrir forges, verreries ou tanneries, les attraits financiers de cet arbre ont entraîné un enrésinement excessif. Une parcelle plantée d'épicéas possède un couvert très dense tout au long de l'année privant de lumière le sous bois. Si son feuillage est persistant, ses aiguilles, elles, ne le sont pas. Elles se renouvellent, meurent et tombent en permanence. Coriaces, elles se décomposent très difficilement. Vers de terre et bactéries ne peuvent plus jouer leur rôle de transformateurs de matières organiques. Une litière épaisse et acide se forme. Le sol devient stérile. Plus rien n'y pousse, et plus personne n'y trouve pitance à part les écureuils et quelques oiseaux . Même les cours d'eau en souffrent : l'épicéa est grand consommateur d'eau tout au long de l'année et ses aiguilles acidifient aussi bien les rivières que la terre. Ce genre de forêt (hors de sa zone montagnarde naturelle) est un désert vert, provoquant des dégâts parfois irréversibles. Actuellement, il semble que l'on recommence à privilégier la plantation de feuillus. Même si sa plantation en massif dans nos régions n'est pas une réussite, l'épicéa reste un bel arbre qui nous permet de chanter chaque année: mon beau sapin…